jeudi, 20 juin 2019

Vue d'en haut...

Parisien dans l’âme, même si je n’habite plus Paris, j’aime toujours autant  m’y promener, m’y perdre…

 

Montmartre, bien que ce soit devenu un piège à touriste, reste une des plus belles vues sur les toits de la capitale…

pho1900242.jpg

Plaisir de s’asseoir sur un banc, dans l’herbe ou sur les marches surplombant la Ville lumière, et regarder le monde, les gens, le peuple aux mille dialectes…

 

Ça, c’est Paris…

dimanche, 16 juin 2019

Contraste...

24/52 de Virginie

 

Cette semaine, Virginie nous demande de travailler sur le contraste. C’est de saison, quand les températures passent en vingt-quatre heures de 30 à 12 degrés, quand le temps estival devient automnal !

 

Et vice versa…

 

L’autre matin, après une nuit de pluie et avant une journée annoncée tout aussi humide par les prévisionnistes, en partant rejoindre mon train, la lumière était belle et violente comme mon œil de photographe l’aime bien; le soleil tranchait dans cette grisaille taciturne passée et future.

pho1900239.jpg

Contraste tout aussi photographique que météorologique.

samedi, 15 juin 2019

Au village...

Nous sommes le 15 et il est midi ; c’est l’heure de la photo du mois.

 

Cette fois-ci, c’est Marie-Paule qui nous propose « Le village » comme thème, précisant :

 

« Celui que chacun de nous aime particulièrement, le village natal, celui où l’on vit, celui des origines familiales, celui où l’on passe ses vacances… »

 

Parisien pure souche je suis né dans la capitale. Aujourd’hui j’habite une belle ville dont certains quartiers ressemblent à des villages.

Mais celui auquel je pense, relativement inaccessible financièrement parlant, mais où j’ai une petite attache familiale indirecte qui nous permet, l’amoureuse et moi, de nous ressourcer un peu de temps en temps se trouve en bord de mer sur une Île.

Le temps y est bon, l’air agréable et l’ambiance calme si vous avez l’excellente idée d’y aller en dehors des périodes touristiques.

 

Je vous présente donc Saint Martin de Ré, en hors saison, bien entendu ;-)

 

pho1900236.jpg

 

Pour voir le village de mes camarades de jeu :

 AkaiericAlexinparisAmartiaAngéliqueBettyBlogoth67BrindilleCaraChristopheCocazzzCynthiaCéline in ParisDanièle.BDelphineFEl PadawanEscribouillagesEurydiceFerdyPainD’épiceFrédéricGilsoubGineGiselle 43J’habite à WaterfordJaklineJosetteJosianeJuliaKrnLa Tribu de ChachaLau* des montagnesLaulineaLaurent NicolasLavandineLilousoleilmagda627MamysorenMarie-PauleMirovinbenMorgane Byloos PhotographyNanoukPhilisine CavePilisiPink TurtleRenepaulhenrySous mon arbreTambour MajorTravelparenthesisWho cares?Xoliv’écri’turbulente.

Le samedi c'est Hit-Parade...

J’ai vu qu’il y avait quelques fans des Poppys !

Qu’ils se réjouissent, surfant sur la vague de Noël, ils vont réussir à placer encore deux titres sur la plus haute marche avant de se faire un peu plus discrets !

 

N°1 au Hit-Parade le 20 février 1971

 

Quoi de plus mignon que des gamins chantant « Non je ne veux pas faire la guerre » ?

 

N°1 au Hit-Parade le 6 mars 1971

 

Et l’on continue dans le « Non » avec « Non, non, rien n’a changé » avec un clip toujours tourné par tonton avec sa super-huit ;-)

 

vendredi, 14 juin 2019

Envie...

Envie de vacances, de voyages, de mer, de chaleur…

pho1900241.jpg

Envie ?

Non, besoin !

jeudi, 13 juin 2019

Brume...

pho1900240.jpg

 

mardi, 11 juin 2019

Idiss...

Humeur paradoxale à la lecture de « Idriss » de Robert Badinter ; j’ai bien aimé, et en même temps je ressens comme une déception que je n’arrive pas à vraiment cerner. En en parlant avec l’amoureuse, l’on a émis l’hypothèse que cela était peut-être dû à une attente émotionnelle un peu déçue.

 

Je m’explique, c’est alors qu’il était invité à l’émission « La grande librairie » que Robert Badinter m’a donné envie de lire son ouvrage. À l’écouter ainsi parler de sa grand-mère maternelle, avec tant d’amour, tant de fierté, tant d’humilité, la charge émotionnelle était très importante ; et c’est justement la puissance de cette émotion qui manque au livre.

 

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, ce livre est digne de la plume du Maître, très bien écrit ; simplement, la manière dont il en parle à l’oral entre intonation, voix, mimique est bien plus forte que la froideur toute relative de l’écriture.

 

Dans ce « Roman » (auto)-biographique il nous raconte la vie de sa grand-mère.

 

Comment, chassé par l’antisémitisme et la révolution, en trois générations, l’on passe de la pauvreté la plus absolue d’un jeune couple vivant au fin fond d’un  village oublié de l’empire russe,  à la jeunesse d’un garçon qui deviendra un des plus grands hommes que notre pays a connu ; celui qui fera sortir la France de l’ère de la barbarie (mais ça, à la fin du livre, le petit garçon alors juste adolescent ne l’imagine pas encore !).

 

Ce livre est d’autant plus passionnant que l’on sait que c’est une histoire vraie.

 

Malgré mes réserves toutes personnelles, je le conseille vivement.

pho1900238.jpg

4e de couverture :

 

J’ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie ni une étude de la condition des immigrés juifs de l’Empire russe venus à Paris avant 1914.

 

Il est simplement le récit d’une destinée singulière à laquelle j’ai souvent rêvé.

 

Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d’amour de son petit-fils.

 

R. B.

- page 1 de 484