vendredi, 7 décembre 2018

Charte de gris...

pho1800202.jpg

Fon Romeu, été 2018

jeudi, 6 décembre 2018

Dernier concert 2018...

pho1800196.jpg

Belle fin d’année côté musique ; après Cyril Mokaiesh vendredi, ce lundi soir c’était pour moi le dernier concert en 2018 en la personne de Marcus Miller et de son invitée de marque, Selah Sue.

pho1800197.jpg

Grand bassiste au slap inégalable, il nous régale de ses compositions, jonglant entre ses multiples guitares, accompagnées de super musicien. Hommage aussi, notamment à Miles Davis avec Tutu…

pho1800198.jpg

Au bout d’une demi-heure, rentre Selah Sue et sa voix tantôt douce, tantôt puissante, entre jazz et R&B. Une entrée sure « Que sera sera » suivit d’un hommage à Billy Holliday et après je ne sais plus, sauf que c’était magnifique.

pho1800199.jpg

 

pho1800200.jpg

Ah si, en rappel une étonnante version de « Come together » des Beatles pour clore le  concert dans la joie et la bonne humeur !

 

Bref encore une excellente soirée pour finir mon 2018 musicale.

pho1800201.jpg

 

Ah oui, j’allais oublier, une agréable surprise en première partie ; Ana Carla Maza seul en scène avec son violoncelle, une très belle voix à découvrir absolument.

mercredi, 5 décembre 2018

Mokaiesh, c'est du bon...

Vendredi soir, c’était concert à Amboise pour l’anniversaire de l’amoureuse.

Cyril Mokaiesh, c’est comme l’excellent vin, il se bonifie avec le temps ; voir comment il emporte avec ses musiciens, en un tour de main, un public pas toujours au fait de sa musique et de ses textes est impressionnant.

Encore un beau concert fort en émotion…

pho1800188.jpg

 

pho1800189.jpg

 

pho1800190.jpg

 

pho1800191.jpg

 

 

pho1800192.jpg

 

pho1800193.jpg

 

pho1800194.jpg

 

pho1800195.jpg

 

dimanche, 2 décembre 2018

Le dimanche c'est Hit Parade...

N°1 au Hit-Parade le 30 mars 1968

 

Il est des fois, des chansons qui ressurgissent des années folles. Il en est ainsi de « Riquita », écrit par les Français Bénech et Dumont en 1926 et chantés alors par Robert Jysor.

Ce Fox-Trot va reprendre des couleurs à la veille des événements de 1968 interprétés par Georgette Plana.

Quant aux paroles…

Pleins de sous-entendus…

Je vous laisse les découvrir…

 

vendredi, 30 novembre 2018

La vie roulante Montparnasse...

pho1800170.jpg

Tapis roulant Montparnasse, comme tous les matins…

 

Au bout, comme un attroupement, les vestes vertes des chasseurs de la RATP ; ils travaillent toujours en meute. Là, ils font fort, ce piège, je ne l’avais encore vue ; poussé par le tapis, le forban sans ticket n’a que peu d’issues.

Déjà, dans ma poche ma main agrippe le pass salvateur.

 

Et puis non, il apparaît que la sortie se fait fluide, nul contrôle désagréable, au contraire, les agents invitent le voyageur à ne pas s’attarder, à continuer prestement leur route.

D’un fugace coup d’œil en passant j’aurais l’explication. À terre, une dame allongée, les yeux fermés, la tête sur une veste en coussin improvisé, les jambes surélevées sur une valise. Je dirais la cinquantaine, habillé en tous les jours, sans chichi. À ses côtés, une femme accroupie, deux doigts sur le cou, semble vérifier son pouls ; deux doigts, mais sans les pouces, je me souviens mes vieilles leçons de secourisme, ne jamais prendre le pouls avec les pouces…

 

Tandis que je continue mon cheminement dans les tunnels du métro, je me fais deux réflexions. D’abord c’est étonnant tous les détails que l’on peut chopper en quelques secondes…

Ensuite, cela me rappelle que nous sommes peu de chose, on est là debout, et paf, la seconde d’après nous sommes par terre, inconscients.

 

Pour combien de temps ?

 

Peut-être juste un malaise vagal, rien du tout…

Peut-être, au contraire est-ce plus grave…

Peut-être même ne se relèvera-t-elle plus…

 

Et puis la vie continue, aujourd’hui c’est l’anniversaire de l’amoureuse, ce soir l’on va voir Mokaiech en concert.

La vie, c’est vivant qu’il faut en profiter !

 

 

mardi, 27 novembre 2018

Rêve d'horizon...

C’est le regard tourné vers l’horizon

Que l’on peut faire face à son avenir…

 

pho1800187.jpg

 

dimanche, 25 novembre 2018

Le dimanche c'est Hit Parade...

N°1 au Hit-parade le 16 mars 1968

 

Décidément, côté musique, 1968 est une belle année. Succédant au très sympathique « Days of Pearly Spencer », voici venir « Nights in White Satin » du groupe britannique « The Moody Blues ».

Encore un morceau musicalement typique de cette période.

D’abord enregistré en direct pour l’émission de la BBC Radio « Saturday Club » devant son succès elle sera réenregistrée en version Studio qui fera un tabac dans le monde entier.

Étonnamment, cette chanson reviendra en tête des classements dans les pays anglo-saxons dans les années 1972 et 73. La légende veut que ce soit à cause d’un DJ de Seattle, qui, plusieurs nuits de suite, diffusait la version originale de 7 minutes, afin d’avoir le temps d’aller fumer sa clope.

Remarqué par des radios, le morceau fut remis au gout du jour, mais dans sa version courte formaté pour la diffusion.

- page 2 de 467 -