vendredi, 27 mars 2020

Carnet de confinement...

C’est fou tous les blogues qui reprennent vie au rythme du confinement. Ici et là, des journaux pas vraiment intimes, mais qui dans quelques décennies feront peut-être le bonheur de quelques sociologues en mal de thèses !

 

Moi le confinement à commencer très exactement au discours de notre bon, vénéré et vénérable président, soit le lundi soir en rentrant du boulot. À l’origine, je devais bosser une semaine sur deux, mon collègue commençant et puis mercredi, l’ordre est tombé, confinement total jusqu’à nouvel ordre, mais je reste quand même en mini-astreinte au cas où !!!

Bref j’en suis donc à mon onziéme jour, et ma foi, tout va bien pour le moment !

 

Jour 0 :

 

Quoi qu’il en soit, le lundi soir, pour le dernier TGV que j’ai pris, je me serais dit un jour de grand départ en vacances ! Moyenne d’âge 20/25 ans ! Tous les étudiants parisiens rentrant chez eux avant qu’il ne soit trop tard ! Je les comprends, la rumeur courant déjà de 40 jours de confinement ; j’imagine l’enfer dans une chambre d’étudiant ou un ministudio (oui à paris on appelle studio des placards à balais !)

 

Et puis Stark était content de me voir et surtout il voulait un morceau de poire ! (oui, ce chien est étrange).

 

Jour 1 :

 

La journée a commencé par une tentative de connexion à Pronote, histoire d’assurer la continuité pédagogique chère à notre bon ministre. On dirait qu’il y a comme une surcharge des serveurs, on va dire qu’aujourd’hui c’est vacances… Finalement, tout est rentré dans l’ordre et je dois dire que cela marche plutôt pas mal !

Après j’ai fait une vraie journée glande, comme un premier jour de vacances ; et ça fait du bien !

 

Jour 2 :

 

Je l’avoue, on a la chance d’avoir un jardin, il fait beau, alors tondeuse, puis je me suis attaqué aux herbes indésirables des plates-bandes. Le muguet pointe le bout de son nez, j’ai l’impression que c’est un peu en avance !

Sa voisine la pivoine en profite aussi, chez les plantes pas de confinement qui tiennent !

Tout le jardin se réveille que c’en est un bonheur !

 

Petite discussion avec le voisin, en toute sécurité à plus d’un mètre de distance, de part et d’autre du claustra qui en est justement le sujet ! Il a morflé durant les tempêtes d’hiver et va falloir la changer. On opte pour un claustra sur la partie qui nous sert chacun de terrasse, devant les maisons et le reste, on va faire simple : du grillage pour les jardins !

On s’attaquera à la chose dès que l’on pourra rebouger un peu !

 

Jour 3 :

 

La bonne nouvelle du jour, c’est que la SNCF m’offre mon abonnement pour le mois d’avril ! Une économie non négligeable !

 

La vie continue, notamment pour ce phasme dont je vous ai déjà causé. La merveille rêve devant l’aquarium installé samedi, acheté sur un coup de tête alors que l’achat était prévu deux semaines plus tard.

J’avais arrêté l’aquariophile il y a une vingtaine d’années, il faut que je me refasse la main ! Là, le bac est planté, il est en train de faire sa biologie, normalement on peut mettre les premiers poissons au bout d’un mois ! Là je sens qu’il va tourner au moins deux mois justes avec les plantes !!!

 

Jour 4 :

 

Hier, l’amoureuse est allée faire les grosses courses de la semaine, mais forcément, il manque toujours un petit quelque chose et puis il faut que j’aille chez le boucher pour acheter le roast-beef que je compte faire samedi, bonne occasion de se dégourdir les jambes, les rues sont vides, justes un client chez le marchand j’attends mon tour dehors ; il fait beau.

Le boucher, lui, à une surcharge de travail, il m’explique qu’il y a beaucoup plus de repas à assurer dans les foyers, notamment le midi et que donc il a des fois un peu de mal à suivre. Petit tour au Carouf cité pour un complément de deux ou trois trucs qui manquent et retour au bercail, sans croiser personne !

 

Jour 5 :

 

Petit tour au jardin, le rhododendron à l’air mal en point, mais un connaisseur m’a dit de le laisser, que des fois cette plante était surprenante ; on verra bien, mais je n’y crois pas trop.

 

Muguet et pivoine grandissent quasi à vue d’Œil !

 

Le soir apéro vidéo avec mon frangin et un pote

 

Jour 6 :

 

Jour de marché, on en profite pour le ravitaillement en frais, les gens sont disciplinés,

les étals pour la plupart protégés par des barrières de fortune pour pas que les gens touchent la marchandise.

Le soir apéro vidéo avec un ami…

 

Jour 7 :

 

J’apprécie la pédagogie du prof de Techno, qui explique pas à pas comment remplir le devoir ; bonne initiative quand on sait que la plupart des jeunes savent utiliser l’ordinateur, mais en fait ne le maîtrise pas du tout !

Tous les jours la merveille fait sa gym, son prof a envoyé une vidéo avec les exercices, il n’y a plus qu’à suivre, mais c’est fatigant !!!

Et le soir apéro vidéo…

 

Jours 8 :

Je continue mon tri photo (et il y en a du bordel !!!)

Aujourd’hui pour les filles, c’est atelier broderie.

Pour les 4 heures, un pain perdu confectionné par l’amoureuse, parce qu’il ne faut pas gâcher !!!

 

Jour 9 :

 

Et la vie continue, Stark profite du soleil,

la Merveille brode au jardin quand elle ne prend pas des photos et l’amoureuse va faire les grosses courses de la semaine.

 

Pénurie d’œufs à l’IntertTruc, du coup je vais voir au Carouf Cité s’il y en a, sur mon autorisation je mets que c’est ma promenade, si on m’arrête je dirai que du coup j’en ai profité pour racheter des œufs !

 

Sur une porte ce beau dessin ! Sauf que chez nous, cela fait 10 jours que les éboueurs ne sont pas passés !

 

Le soir apéro vidéo avec la famille, et même Stark veut des TUC !

Jour 10 :

 

Aujourd’hui je me transforme en photographe dentaire, pour envoyer des images de la dentition de la Merveille à son orthodontiste ; c’est épique !

Puis profitant que l’ado cause sur Skype avec une copine, on va se faire une petite balade en amoureux le long de l’autoroute histoire de se dégourdir les jambes, et bien sûr à moins de 1 km de la maison ;-)

 

 

 

 

mercredi, 25 mars 2020

Avis de tempête...

En ces temps tourmentés, confiné chez soi, l’on ne peut que rêver à des jours meilleurs…

Ainsi va la vie, tantôt calme plat, tantôt tempête…

Prenez soin de vous et des vôtres surtout…

2e Géométrie du confinement (Par la merveille)...

La Merveille a repris l’appareil en disant, j’ai une idée pour d’autres photos de la géométrie du confinement.

Et voici le résultat :

 

 

Bientôt elle vous proposera portrait et autoportrait du vivant confiné ; tout un programme ;-)

mardi, 24 mars 2020

La pluie du désert...

Puisque confinement il y a, autant joindre l’utile au désagréable !

Donc Check complet de mes disques photos, resauvegarde sur nouveaux de 4 To histoire de gagner de la place en rangement, + création des back-up au cas où, puisqu’un disque ce n’est pas si fiable que l’on croit !

 

Il y a du taf, mais bon, il y a aussi un peu de temps devant nous, alors…

 

Au passage je redécouvre quelques perles…

En 2006, c’était ma traversée de l’Akakus Libyens, mon deuxième trek saharien; chose rare dans le coin, il a plu à notre arrivée, et ce pendant presque 24 heures, les nuages ayant commencé à disparaître vers midi notre premier jour de marche ; on ne les a jamais revus !

 

Il n’empêche que l’on ne doit pas être nombreux à avoir des photos de nuage accroché à des dunes du Sahara, comme s’il s’agissait d’un vulgaire sommet montagnard !

dimanche, 22 mars 2020

Géométrie du confinement (Par la merveille)...

 

Samedi on a fait avec la Merveille un atelier  “prise de vue”.

Elle a l’Œil, l’imagination, elle voit ce qui il y a à photographier ; il lui manque juste le petit truc, le détail, peut-être la bonne attention qui fait la différence.

Donc, Luce nous a donné un thème « La géométrie du confinement » et armées de son appareil photo, la Merveille a parcouru la maison à la recherche de belles photos, c’est elle qui imaginé, mise en scène et prit les photos, mon rôle ne consistait qu’a commenté l’image sur le minuscule écran, à discuter avec elle de son intention, à expliquer, montrer l’infime détail qui tue…

Elle refaisait avec le sourire, pour un résultat final tout fait excellent surtout au vu de la faible qualité de son appareil en bas lumière !!!

Pour finir, si c’est moi qui manipulais Photoshop, c’était sur ses indications (recadrage, n&b, contraste) que nous avons éffectué le développement.

Un petit bilan de 61 photos de faites, 18 de traitées et 6 de retenues au final !

Moi je dis qu’elle est douée la Merveille !

Le confinement vue par la merveille...

Bonjour les gens, ici, vous avez entendu parler de moi sous le pseudo de « la merveille ». Ce n’est pas moi qui aie choisi hein, je dois ça à ma mère. J’habite sur la planète terre et je suis un être humain de 13 ans.

Les deux adultes qui confinent avec moi m’ont invité à parler de ce que je vis pendant cette période étrange. Donc voici :

 

Le confinement pour moi c’est un moment un peu reposant. 
- Ne pas aller en cours me permet de ne pas avoir à m’adapter, faire l’effort de parler à des gens en surveillant ce que je dis. A la maison, je suis avec des gens que je connais et qui me connaissent depuis très longtemps, qui font parti de ma famille, avec qui je vis tous les jours, je n’ai pas à m’adapter. 

  • Je peux dormir plus longtemps que d’habitude.
  • J’ai mes devoirs à faire, et du sport, mais je peux faire un peu ce que je veux.

J’aime faire des activités artistiques comme de la photo, de la peinture, de la danse, écrire pour le plaisir. D’ailleurs j’ai commencé un roman. 

 

Au début c’était un peu difficile de ne pas pouvoir sortir, aller voir mes amies, me balader en ville, comme j’aime le faire en vacances. Mais je me suis habituée. Je discute avec ma meilleure amie par Skype. Je trouve ça très pratique. On fait à la fois de la vidéo et du tchat, c’est amusant d’ajouter des émojis (je n’ai pas de smartphone, donc c’est nouveau pour moi).

 

Même si des fois je me plains que je m’ennuie, je trouve toujours quelques choses à faire.

 

Ma mère me saoule, elle est très chiante, non, je plaisante… Quand elle est fatiguée, elle peut être très énervante, par ce que tout l’agace et qu’elle n’est pas du tout patiente. Mais par contre quand elle est plus en forme, on peut bien s’amuser, on se prend des bons fous rire. Je l’aime beaucoup énormément à la folie (je dis ça parce que c’est elle qui tape le texte, mais je le pense aussi)

 

Gilles, le mec de ma mère, est sympa. J’aime bien quand on fait de la photo ensemble. Il donne des bons conseils. Par contre, il fait un truc qui m’agace. Quand je fais une connerie et que ma mère m’engueule, il sifflote ! ça m’énerve ! (Rire).

 

Stark, mon chien, je l’adore mais des fois il est chiant. Il est collant ! Surtout quand je danse, il est toujours dans mes pattes. Ça m’énerve et me fait rire en même temps. J’aime bien lui faire des gros câlins, c’est un nounours géant, super calme.

 

Maya, la petite chatte que nous venons d’adoptée, est toujours confinée (ndr: de son propre grés, en fait elle ne veut toujours pas être approché à plus de 50 cm ! ) dans la salle de bain. Elle a encore un peu peur de nous. Elle est très jolie, mais c’est frustrant de ne pas pouvoir la caresser.

 

Mon confinement se passe bien jusque-là. J’espère que ce sera encore le cas dans les jours voire les mois à venir.

 

Au revoir les bipèdes ! Bonne continuation ! A plus dans le bus ! hihihihi

 

 

 

 

Papattes en Ronds de fumée...

12/52 de Virginie…

 

Voici déjà venu mon 6e jour de confinement, du coup, pour passer le temps, j’ai décidé de plonger dans les deux grands cartons de photos papiers, celles oubliées d’un temps d’avant.

Que de souvenirs qui remontent, combien de truc dont l’on ne sait pas trop ce que c’est, des mystères sur les dates, des visages oubliés qui remontent à la mémoire, se rappeler que l’on a été bien plus jeune qu’aujourd’hui. Une espèce de plongée en apnée dans le monde du souvenir…

 

Deuxième pochette que j’ouvre, je me rappelle très vaguement, Bruxelles en 1994 (c’est imprimé au dos de la photo), je ne sais plus trop avec qui, il y avait ma cousine et mon cousin. Je serais bien incapable de raconter ce week-end mais une anecdote qui remonte. En ce temps-là, je suis encore fumeur, on est à un bar ou un resto, je n’ai plus de cigarette. En Belgique il y a des distributeurs, sauf que l’Euro n’a pas encore été inventé ; je n’ai pas de monnaie.

 

Le fumeur en manque devient vite irascible ! Je le deviens d’autant plus, que mesquin plaisir des non-fumeurs, ils me font la morale à coup de « profite pour t’arrêter » ou de « bah tu peux bien t’en passer… »

Connard !

Oui, à ce moment-là je le pense, un fumeur en manque traitera toujours de connard celui qui s’en réjouit ; d’autant plus que j’ai en général l’habitude de le penser de tous les « bons conseilleurs » en général ; je suis un rebel…

 

Tiens, mais cela tombe bien puisque le thème de Mirovinben est « Fumée »…

 

Donc dans l’appart ou nous étions logés, je m’étais essayé le soir à quelques essais sur une fumée sortant de la cheminée d’une quelconque centrale au soleil couchant (Désolé pour la localisation, mais le seul truc dont je me souviens c’est que l’on était à Bruxelles ou sa proche banlieue !).

Ah et sinon, j’ai fini par réussir à trouver de la monnaie pour assouvir ma dépendance tabagique d’alors !

- page 2 de 511 -