mardi, 12 juin 2018

Un truc du dimanche...

Un peu de retard pour la photo de truc du Dr Caso dont le thème, « un truc du dimanche » est dû à Valérie de Haute-Savoie.

Et donc je laisse à Stark le soin de vous montrer à quoi peut ressembler un truc à faire le dimanche…

pho1800109.jpg
 

 

dimanche, 10 juin 2018

Le dimanche c'est Top 50...

N°1 au Top 50 le 30 août 2003

 

Parmi les tubes de l’été, comme d’habitude l’on a les rythmes venus des Antilles, Caraïbe ou Amérique latine.

En l’occurrence, quoi de mieux qu’un zouk pour faire bouger le cul des beaufs en vacances ?

C’est ce que nous propose Jocelyne Labylle, Chella, Jacob Desvarieux et Passi avec « Laisse parler les gens » qui sera même nominé aux Victoires de la musique.

Malheureusement pour eux, suite à un procès en plagiat de la chanson « Je reviendrai toujours » intenté par Henri Debs, ils seront reconnus coupables et condamnés en 2007.

Pas trop graves, entre-temps les sous ont été engrangés !

 

samedi, 9 juin 2018

Le samedi c'est avant le Top 50...

Deux titres en tête du classement pour Clo-Clo  en 1964…

 

N°1 au Hit-Parade le 18 juillet 1964

 

Encore une chanson empruntée aux Anglo-Saxons, puisque  « J’y pense et puis j’oublie » est une adaptation de « It Comes and Goes » qu’a chanté Bill Anderson en 1962.

N°1 au Hit-parade le 05 décembre 1964

 

Il y a des fois des adaptations étranges.

« Donna donna » est au départ une chanson en Yiddish écrite en 1941 pour une pièce de théâtre. Dans la version initiale, on pourrait presque dire Vegas avant l’heure, c’est l’histoire d’un petit veau aux pattes lié que l’on mène à l’abattoir ; un texte qui fait le parallèle avec la situation des juifs durant la seconde mondiale.

Cette chanson fut reprise par la suite par de nombreux artistes, comme Joan Baez.

 

Et donc, force est de constater que l’adaptation grandement commerciale de Claude François n’a plus grand-chose à voir avec son original !!!

 

vendredi, 8 juin 2018

Beauté...

Cette vue sur Paris, surtout quand le ciel se mêle de la rendre magique, voilà certainement une des choses que je regretterais le plus à l’heure de quitter définitivement cette maison ; ça, et puis mon charme…

pho1800107.jpg
 

 

Tss,  même si je suis charmant naturellement, je parle là de mon arbre remarquable, celui qui a hébergé mes cabanes quand j’étais petit, celui dans lequel j’aimais tant à aller m’y réfugier, celui qui en 55 ans, sur le conseil de professionnels, n’a jamais été élagué ; les branches du charme ne repoussent pas…

pho1800108.jpg
 

 

mardi, 5 juin 2018

Vacances...

Il y a un mois que nous sommes rentrés de Crète, la vie n’a pas attendu pour nous retomber dessus avec toutes ses problématiques si possible inattendues ; et déjà j’ai un rêve, repartir tous les deux, en amoureux, loin du tumulte de ce monde de tous les jours…

pho1800104.jpg
 

Nan, mais faut pas croire, je suis en forme et tout va bien, mais le fait est, c’est quand même sympa les vacances !

pho1800105.jpg
 

Et sinon, vous, ça va ?

pho1800106.jpg
 

 

dimanche, 3 juin 2018

Le dimanche c'est Top 50...

N°1 au Top 50 le 21 juin 2003

 

C’est le jour de l’été, l’heure est au tube des vacances pour faire danser sur les places de village, au bord des plages et dans les boîtes de nuit.

 

C’est le pari réussi de DJ Bobo avec « Chihuahua » qui deviendra le titre le plus vendu en 2003.

 

Très connu dans le monde de la musique « eurodance » (ouais je découvre aussi ce genre !) DJ Bobo, jouera en guest stars sur 4 dates de la tournée de Michael Jackson 1996.

Au début des années 2000, alors que sa carrière est sur le déclin, il sort ce morceau, « Chihuahua » adaptation d’une chanson de Louis Oliveira qui le relancera jusqu’en 2007 ou il représentera la Suisse à l’Eurovision, mais éliminé dès les demi-finales.

 

 

 

 

samedi, 2 juin 2018

Le samedi c'est avant le Top 50...

1964, la fournée Johnny est pauvre, que deux en tête du classement.

 

N°1 au Hit-Parade le 11 juillet 1964

 

On ne va pas trop insister sur « les mauvais garçons » une mauvaise chanson qui n’est pas vraiment restée dans les classiques au répertoire du chanteur…

 

 

N°1 au Hit-Parade le 17 octobre 1964

 

Puisque l’on parlait de classique, « Le pénitencier » reste un indispensable de Johnny Hallyday. C’est la version française d’une chanson du Folklore américain : « The House of the rising sun » remise au goût du jour, de l’autre côté de l’Atlantique, en cette année 1964 par les Animals.

À noter que le sens de la traduction française, écrite par Hugues Aufray et Vline Buggy, n’a plus grand-chose à voir avec l’original.

Attention le clip, pardon, scopitone, pique un peu les yeux !

 

L’origine de cette chanson est assez incertaine, la mélodie serait une vieille ballade anglaise, pour les paroles, on ne sait pas trop.

 

Quand au sens de « Rising Sun », il désignait dans le langage populaire les maisons closes, mais c’était aussi le nom d’une prison pour femme de la New Orléans. Il semble que la chanson joue sur ces deux sens.

 

Le premier enregistrement répertorié est celui de Tom Clarence Ashley et Gwen Foster en 1933.

 

 

- page 2 de 455 -