jeudi, 2 avril 2015

Maestro musique…

Si tu me dis “Olive”, forcément je pense au cousin, violoncelliste et bassiste, qui à la chance de pouvoir vivre de sa passion…

Une grande amitié nous lie, et même plus, famille oblige…

Et puis surtout j’aime bien ses compositions musicales entre jazz, latino mâtiné de rythme antillais…

Pour en savoir plus sur vous pouvez visiter son site

_ _
Le mot du jour : Olive
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

mercredi, 1 avril 2015

Poisson d'avril...

Quand j’étais petit, j’adorais le premier avril, jour des farces ! La télé n’hésitait pas à s’y mettre dans ce qui est censé être la plus sérieuse de ces émissions. Je me souviens ainsi de la tour Eiffel qui devait être déplacée ou des ailes du château de Versailles transformé en HLM ; il avait même annoncé en 1975 l’interdiction de fumer dans les lieux publics, c’est vous dire jusqu’où cela pouvait aller !

pho1500119.jpg

Je me demande aujourd’hui si les pets secs n’ont pas gagné, plus un journal télévisé n’oserait la plaisanterie de peur de s’éprendre une volée de bois vert via les réseaux sociaux, tout au plus fait-on un reportage pour regretter le bon vieux temps où la télé osait !

Pire, les quelques sites qui osent encore essayer de faire rires sont dénoncés dans les plus brefs délais façons : « Les meilleurs poissons d’avril 2015 » et ce dé potron-minet. Je ne prends même plus le risque de me faire avoir, l’information allant à la vitesse de la lumière, on me dit avant que là je vais bien rire.

Le plus beau de la journée restant certainement celui du CERN

Partage

Joliment banal…

C’est marrant comme un mot aussi beau, ce soir, ne m’inspire pas plus que cela. Printemps oblige, je peux vous écrire que la nature renaît, que c’est sympa et agréable…

Que je suis tantôt de nature bout en train, et tantôt chafouin…

Certains m’ont dit que j’étais très nature, et d’autres pas du tout, c’est amusant la vision différente que les gens ont de vous…

Le yaourt c’est en général nature, juste avec du sucre, mais de temps en temps un au fruit me va…

Heu sinon, j’aime la nature, mais bon, je vous ai mis une photo là

Bref, rien que du banal…
 

_ _
Le mot du jour : Nature
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

mardi, 31 mars 2015

L'heure du retour...

pho1500117.jpg

pho1500118.jpg

Partage

Les baisers du soleil...

C’était Sûrement l’un de mes amours adolescents, les yeux verts, les taches de rousseur et cette tignasse rousse ; et cette voix…
Certainement aussi un de mes premiers émois quand je volais les « Lui » de mes grands frères dans lequel la belle ne cachait rien à ceux qui l’admiraient.

J’ai toujours aimé Marlène Jobert, celle d’hier, qui à joué pour et avec les plus grands (Belmondo, Ventura, Montand, Blier, Lelouch, Pialat, Audiard,Chabrol) et celle d’aujourd’hui devenu raconteuse d’histoire ; je me devais donc de lire son autobiographie. 

Parcourt étonnant que celui de ce petit bout de bonne femme, qui, adolescente se trouvait moche et que rien ne prédestinait à ce métier. 

Enfance pas forcément facile avec une éducation stricte, père militaire oblige.

 

Découverte des joies de la comédie, elle est douée, le sent et se bat pour y arriver.

Celle que beaucoup ont tendance à prendre pour une ingénue idiote, rôles qui lui ont valu beaucoup de triomphe au cinéma et dans lesquels certains voudraient la cantonner, se révèle au contraire une belle intelligente qui mènera finement sa carrière jusque dans les années quatre-vingt, où elle décide d’arrêter pour se consacrer à ses jumelles (à ce propos je n’avais jamais réalisé que la jolie Éva Green était sa fille !), se découvrant par là même un don pour l’écriture de conte pour enfants. Reconversion aboutie.

pho1500114.jpg

Petit livre plein d’anecdotes sur le tournage de films que l’on a vus et revus, sur les succès, sur les échecs, certaine plus croustillants que d’autres. Comme, par exemple, la difficulté pour une gamine talentueuse de province à y arriver dans un milieu où l’on dit alors qu’il faut coucher pour réussir ; et qu’il est vrai que d’avoir refusé la bagatelle avec un Montand fut considéré par le gugusse comme un affront qui lui fermera certaines portes pendant pas mal de temps ; le vieux avait, semble-t-il, la rancune tenace.

 

Heureusement d’autres voyaient d’abord en elle le talent et surtout y ont cru !

C’est l’histoire de celle qui accepte d’être la marionnette des réalisateurs dans les films, mais ne se laisse plus faire et sait ce qu’elle veut une fois le clap de fin retentit.

Une belle dame que j’imaginais toujours jeune et qui malgré ces 74 ans l’est effectivement.

 

Petit livre agréable et sympathique pour qui aime Marlène Jobert, sobre, écrit simplement sans fioritures ; un peu comme elle en somme…

4e de couverture :
 

« On trouvera ici des lumières d’hier qu’il ne m’a pas toujours été agréable de rallumer, mais aussi tous ces moments uniques, ces anecdotes souvent amusantes et ces rencontres exceptionnelles qui ont éclairé ma route. Parfois, c’est étrange, j’ai l’impression de les avoir rêvées, ces rencontres. Et pourtant, non ! Dans cette autobiographie, je n’ai rien oublié d’essentiel. Ni les dessous cachés de mon métier de comédienne, tels que je les ai vécus, ni les blessures secrètes, ni les battements de coeur. » Marlène JOBERT

 

Marlène Jobert a marqué d’une aura singulière le cinéma français des années 1970. Son écriture spontanée, et grave parfois, nous entraîne avec émotion à la suivre tout au long du destin exceptionnel qui fut le sien, comme actrice d’abord, puis comme auteur à succès de contes pour enfants.

 

 

_ _
Le mot du jour : Marionette
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

 

Partage

Soleil levant suite...

Comme je ne suis pas certain que les uns et les autres lisent les commentaires, je remets ici : 

J’ai trouvé un site où le stylo existe en couleur Alu (comme celui que j’ai trouvé) ou en noir, à 11,50 € pièce. Les frais de port pour l’Europe étant de 9,50 €.

Je vais m’en prendre 4 ou 5, d’autres sont intéressés pour une commande groupée ? Cristophe, toujours 2? Ceher ? Lyjazz ?

Allez je commande Jeudi.

 

Partage

lundi, 30 mars 2015

La pêche aux moules…

pho1500116.jpg

Partage

Du soleil levant…

Il y a quelque temps, j’ai trouvé par terre un stylo qui doit, je pense, bien manquer à son ex-propriétaire.

J’ai tout de suite été fasciné par la douceur de son écriture, une finesse un peu extraterrestre !

Étant un grand consommateur de stylo, entre ceux que je perds et ceux qui coulent dans ma poche, je me suis empressé d’aller dans une papeterie histoire de me constituer un stock !

Las à la cinquième j’ai abandonné devant l’air circonspect de mes interlocuteurs. Non seulement ils n’avaient jamais vu l’objet, mais en plus la marque ne leur disait rien et ne savait donc pas où se le procurer !

pho1500112.jpg

 

Un petit tour sur internet me confirme qu’aucune boutique virtuelle française n’a ce truc à son catalogue, et quand c’est apparemment le cas, c’est une succession de lien qui au final ne mène nulle part, seule Amazon me propose un modèle en orange, qui ne me sied pas trop ; en plus, j’essaie tant que possible de boycotter Amazon pour diverses raisons plus ou moins éthiques…

 

Quelques autres magasins en ligne étrangers refusent la transaction au motif que je suis domicilié en France…

 

Mais sous quelle latitude donc va-t-il falloir que je m’exile pour trouver la chose ?

pho1500113.jpg

 

Au Japon, bien sûr ! Pays de fabrication du Needle Point Horizon de la marque Ohto.

 

Je continue mes recherches d’un distributeur, parce que pour ceux qui aiment écrire, l’essayer c’est l’adopter surtout pour le prix qui à l’air de tourner autour de 10 €.

 

Comme quoi, le pays de l’électronique à encore de beau reste dans le traditionnel de qualité !

 

Ils sont forts ses Japonais !

_ _
Le mot du jour : Latitude
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

dimanche, 29 mars 2015

En dégradée...

pho1500111.jpg

Partage

Le dimanche c'est Top 50...(4)

Imagine que ce truc a été n° 1 du top 50 et que je n’en ai aucun souvenir, pas la moindre particule en mémoire, c’est vous dire !

Nan parce que les tubes, qu’on aime ou pas, en général on s’en rappelle quand même un minimum !

D’un autre côté, à l’écoute de « When the rain begin to fall » de Jermaine Jackson et Pia Zadora, je n’en suis pas plus étonné que cela…

 

Eh oui, parce que dans la famille Jackson voici un des frangins !

 

Bon moi au début je croyais que Jermaine c’était la fille, comme quoi…

 

Donc Jermaine c’est le frère de Michaël, ce qui tend à démontrer une fois encore que décidément, le talent, ce n’est pas génétique !

 

Nan parce que là on a six minutes de boîte à rythmes, sur deux notes et puis…

Ben pas grand-chose, une soupe somme toute assez inaudible !

 

En ce qui concerne le clip, attention grand moment ; je n’ai pas tout compris, on dirait deux gangs, genre les blancs d’un côté, et les blacks de l’autre, une gonzesse à la peau blanche avec les chefs des chevaliers blancs, baston, et à la fin c’est le black qui gagne la fille. Rajouter quelques motos et des costumes pour se donner un air de Mad Max…

Et vous obtenez un truc qui l’air de rien a tenu 3 semaines (oui c’est minable, mais à l’image de ce machin, c’est beaucoup !) à la première place !

 

Rassurez-vous, Jermaine n’a plus beaucoup fait parler de lui par la suite quant à Pia Zadora, elle a disparu corps et âme…

 

 

Partage

Bonne nuit…

Peu importe que cette nuit l’on me vole une heure, une fois encore je m’endormirais tranquille, la tête sur l’oreiller dans le moelleux du kapok de mon paddock…

 

_ _
Le mot du jour : Kapok
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

samedi, 28 mars 2015

Au loin...

pho1500110.jpg

Partage

Un samedi soir sur la terre…

Pierre s’était préparé sans enthousiasme, il irait à cette soirée pour faire plaisir à son pote, la première d’un film, même s’il est court, cela se fête ; et puis il faut aussi qu’il se bouge un peu, qu’il sorte, qu’il voie des gens.

 

Il ne connaît personne dans ce hall de cinéma, pas une tête amie ; et de nouveau cette impression d’être un intrus au milieu du brouhaha de groupes qui se font et se défont ; tout ce peuple qui à l’air de se connaître, sauf lui ; envie de se faire petit…

 

Mathieu remercie tout le monde d’être venus, espère que le film nous plaira, baratin de circonstance, la salle s’éteint, l’histoire de deux solitudes un soir de grisaille, prête à se jeter à l’eau du haut du pont des arts, coup de foudre, ils vécurent heureux et…

Lumière, applaudissement, Mathieu et les comédiens qui se prosternent.

Re baratin et un verre à boire au bar en face.

 

Mathieu est entouré de dizaine de courtisan, les gens se battraient presque pour aller saluer le héros du jour. Pierre n’aime pas la foule, il ne s’y sent pas à l’aise. Plongé dans la masse humaine, nage entre les corps serrés, il finit par arriver à proximité ; le plus dur percer le dernier cordon. Enfin il y parvient ! 

Après il ne se rappelle plus trop comment cela s’est fait, Mathieu l’a remercié d’être venu, ils ont un peu causé, un nouveau groupe s’est incrusté, Mathieu l’a présenté, la discutions est parti sur la sensibilité de l’image, Mathieu à disparu ; et puis cette fille au regard de chat lui a parlé.

 

Il a répondu, elle a relancé, les deux autres personnes abondaient, Pierre pressentait bien qu’il se passait quelque chose, lui qui ne savait jamais comment aborder une inconnue, qui se sentait gauche, démunis…

La conversation a dévié, enjoué, elle lui a demandé son boulot, raconté le sien, de truc et d’autres ; elle était mignonne, lui commençait à se sentir beau…

 

Il est arrivé, bruyamment, plein d’entrains, plutôt beau mec, barbe à la mode. Saluant le couple du groupe qui semblait être des amis de longue date. Pierre s’était décalé de deux pas devant l’intrus qui après quelques réflexions d’usage sur le temps qui passe et que cela est sympa de se croiser, se tourne brusquement vers la fille aux yeux de chat « Bonjours, puisque personne ne me présente, je suis… »

Le cercle s’est refermé petit à petit devant Pierre le renvoyant à sa solitude.

Il essaya une dernière fois de capter son attention d’un « désolé, il faut que j’y aille » perdu dans le brouhaha général.

 

Il mit plusieurs minutes à retrouver Mathieu pour le saluer.

« Tu pars déjà ? Oui j’ai à faire… Bon, on s’appelle, merci d’être venu, au fait je veux que tu sois sur mon prochain projet… Tchao… »

Banalité de bienséance, il se demandait combien de fois dans la soirée Mathieu dirait la même chose.

 

Atteindre la porte, sortir et prendre un grand bol d’air !

Elle est là, seule, en train d’allumer une cigarette. Comme pris en faute elle dit en rigolant : « Oui je sais il faut que j’arrête ! Tu pars déjà ? »

Il répondit que oui, des trucs à faire, tout ça…

Elle répondit que ce milieu était petit et qu’il serait sûrement appelé à se revoir…

Il griffonna son numéro sur une page qu’il arracha de son carnet et lui tendis en lui disant que ce serait un plaisir et que…

Le bellâtre sorti à son tour les interrompant d’un « tu n’aurais pas une cigarette ? »

Pierre lui dit à la prochaine, elle lui répondit en faisant avec ses deux doigts le signe de téléphoner.

Il s’enfuit plein d’espoir dans la nuit parisienne…

 

Dans le métro il eut envie de pleurer, il aurait voulu être de ceux qui osent, faire partie du clan des prédateurs à qui tout réussit. Peut-être que ce soir la fille aux yeux de chat dormira dans le lit du charmeur !

Merde elle lui avait dit son prénom, il ne s’en rappelle plus. Il se maudissait de ne pas savoir faire, il aurait dû dire cela, et puis demander son téléphone, et puis ne pas se laisser marcher sur les pieds par le grand con, et puis…

Las…

« Comme d’habitude » chantait Clo-Clo le renvoyant à ce qui avait toujours fait sa réalité…

 

Elle hanta encore ses rêves quelque temps, elle ne téléphona jamais, Mathieu ne voyait pas de qui il s’agissait « tu sais il y avait beaucoup de monde, j’étais sur un nuage ».

Pierre se rappela alors que la vie n’était pas du cinéma ; il n’y a que dans les films où l’héroïne succombe et qu’ils s’aiment jusqu’au bout de la nuit ; le monde réel, lui est beaucoup plus mesquin…

Partage

Auto-promo...

Voilà qu’on me réclame un CV. Un truc ou j’écris « JE suis ça », « JE sais faire ça », « JE suis le meilleur », « JE »….

 

Sauf que je suis dans un métier où l’on m’en demande rarement, où les recrutements se font par le bouche-à-oreille, où quand une nouvelle boîte téléphone, elle vous dit : « c’est truc qui m’a donné votre numéro », bref un job où je ne suis plus habitué à me vendre, mon savoir-faire s’en charge !

 

Donc là je dois faire un CV, que je me rappelle, que je raconte presque 30 ans de boulot, que j’enjolive ce qu’il faut, que j’omette d’autres trucs, jeu de faux-cul où personne n’est dupe, mais qu’il faut pratiquer quand même…

 

Que je dise « JE », dise « MOI » et qu’on me croit…

_ _
Le mot du jour : Je
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

vendredi, 27 mars 2015

Grimpette...

Dans ma lointaine jeunesse, je pratiquais l’escalade, mais je n’étais pas, et de beaucoup, aussi doué que ce nouveau champion du monde !

Je trouve impressionnant cette force et la beauté du geste.

 

je me rappelle quand nous allions grimper à Fontainebleau, le geste, toujours le geste qui primait.

La varappe reste une sorte de danse où l’on doit faire corps avec la paroi.

 

 

Nos héros de l’époque se nommaient Patrick Edlinger (Prenez le temps de regarder ce beau film qu’est Opéra Vertical ! )

 

 

ou Isabelle Patissier (Là encore un film à voir, la beauté et la grace de cette femme véritable danseuse sur falaise !)

 

Partage

Super média…

Si l’histoire n’était pas si tragique, je rigolerais…

je trouve amusant tous ces plateaux télé, ces directs, ces émissions, fait par des gens dans l’ignorance des  tenant et les aboutissants de se triste fait divers.

Il faut rester l’antenne à tout prix, exploiter le moindre renseignement, faire parler des experts qui, faute d’élément, n’ont pas grand chose à dire en attendant d’en savoir plus…

Nous sommes dans un temps ou l’information doit aller vite, au risque de ne plus informer, et quelque chose me dit que ce n’est que le début !

 

_ _
Le mot du jour : Ignorance
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

jeudi, 26 mars 2015

Croisement…

Cataclop…

pho1500109.jpg

Partage

Charlie…

Mercredi, c’est Charlie Hebdo…

pho1500108.jpg

Soyons honnêtes, je ne l’achète pas chaque semaine, même pas forcément chaque mois ; surtout pendant les vacances ou pour le lire quand je voyage en train, voir encore, comme aujourd’hui, quand la couverture m’attire l’oeil…
Et puis c’est aussi un geste politique, même si je ne suis pas forcément toujours d’accord à 100%  avec leur ligne éditorial…

Et puis je me marre bien à le lire :-)

_ _
Le mot du jour : Hebdo
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

mercredi, 25 mars 2015

Les grain de sables du temps…

Une des choses qui m’a le plus impressionné à Jullouville ce Week-end, ce n’est pas tant l’ampleur des grandes marées, mais bien celle de la montée du sable !

 

Aujourd’hui, en mars 2015, le sable affleure les quelques cabines encore existante, qui, si cela continue, seront bientôt ensevelies.

pho1500102.jpg

À titre de comparaison, voici une photo de cet été, ou quelques marches sont encore visibles sur cet escalier.

pho1500103.jpg

Et en Octobre 2013

pho1500104.jpg

Et 2010

pho1500106.jpg

Ou encor en 2008

pho1500107.jpg

Il y a des endroits en France où la plage disparaît, là, elle pourrait vite devenir envahissante !

Partage

Extra-terrestre...

J’aurais dû attendre pour faire mon billet sur le mot du jour ; j’ai passé ma journée à bosser avec un amusant farfadet qui aurait certainement fait un truc plus intéressant que les deux lignes dont je vous ai gratifiés.

Au premier abord, on se demande bien de quelle galaxie nous vient ce gentil robot. C’est qu’il est spectaculaire ce bonhomme ! Sa stabilité lors de la marche est assez impressionnante, il aime danser, jouer et on en oublierait presque les petits secrets qui le font fonctionner.

pho1500101.jpg

Là, Nao nous gratifie d’une démonstration de Air Guitar


Soyons honnêtes, au premier abord, à part faire le show, pour l’instant l’on se demande un peu à quoi peut servir Nao mais comme me le confiait un de ses programmeurs, ils découvrent chaque jour de nouvelles applications.

Une des plus intéressantes que j’ai vue il y a quelques mois lors d’un autre travail est son utilisation avec des enfants autistes ; il y avait, selon les spécialistes, des résultats impressionnants !

 

Bref j’ai passé une bonne journée, c’est vrai que mon boulot est difficile des fois !
    

 nao.mp4

 

Le site du Fabricant Pour tout savoir sur Nao.
_ _
Le mot du jour : Galaxie
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Partage

- page 1 de 248