mardi, 11 mai 2021

Oh hé hein bon...

192/366. Aujourd’hui, IL FAUT…

 

Rien du tout, j’ai horreur des injonctions du genre, « il faut que… »

Nan parce qu’il ne faut pas m’escargacer avec ça !!!

Nan, mais !

Il y a neuf ans, c’était le début de la fin…

366 réel à prise rapide.pdf 

 

 

lundi, 10 mai 2021

Reprise...

191/366. Aujourd’hui, une multitude de…

 

…De chose à faire !

J’ai repris le boulot ce matin, alors il me faut me remettre à jour de ces trois semaines d’arrêt ; rattraper les mails en retard pas traités par le collègue, se tenir au courant des changements, refaire quelques courses pour mes repas de midi, faire le tour des bureaux pour saluer les uns et les autres (du moins ceux en présentiel), leur raconter, les rassurer…

Et glisser à chacun un «  Un conseil, dès que tu peux, fais-toi vacciner… »

Rajouter là-dessus mes environs 5 km de marche rien que pour mes trajets boulots - dodo…

Bref, un peu fatigué là ! Et la journée n’est pas finie…

Pas grave, il y avait une belle lumière ce matin quand je suis parti…

Il y a neuf ans, tempête sous un crâne…

366 réel à prise rapide.pdf 

 

 

dimanche, 9 mai 2021

Le poids des maux...

190/366. Aujourd’hui, ventre…

 

Il se porte bien, merci !

Certains Covid s’y attaquent, ce n’est pas mon cas et c’est tant mieux.

Il a même dégonflé un peu et perdu presque 3 kg en 3 semaines. Je ne me fais pas trop d’illusion sur la rapidité pour les retrouver !

79 kg qu’elle disait ma balance, pour 1,81m c’est pas mal…

 

Il y a neuf ans, angoisse…

 366 réel à prise rapide.pdf

 

 

Sans sucre...

19 du 52 de Virginie, saison 3

Thé ou café ?

Principalement café, mais je ne déteste pas un petit thé de temps en temps !

 

samedi, 8 mai 2021

C'est quand qu'on arrive...

189/366. Aujourd’hui, la ligne qui va de…

 

Là, maintenant, je regarde cette ligne qui part vers l’horizon en direction de vacances dûment mérité. Las, ce ne sera pas avant août, juste quelques RTT à l’occasion des rares ponts d’ici là !

Lundi, je reprends le taf après trois semaines d’arrêt pour cause de Covid, pas vraiment des congés, et si je n’ai plus aucune fièvre ou autre signe révélateur, je suis seulement très fatigué !

Mais bon, la fatigue n’est pas vraiment une raison acceptée pour ne pas aller bosser, alors…

Hanneton sur sa fleur de rosier sauvage

Avec l’amoureuse, on commence a parlé retraite, projet…

On aimerait se rapprocher de la mer…

Il me reste encore environ 8 ans, ça laisse le temps d’anticiper…

 

Il y a neuf ans, théorie de la droite courbe…

366 réel à prise rapide.pdf 

 

 

Le samedi c'est hit-parade...

N°1 au Hit-Parade le 1er mai 1981

 

Ironie du sort, à 10 jours de l’élection de François Mitterrand, premier président socialiste en France, c’est le générique de Dallas, feuilleton symbole du libéralisme capitaliste à l’américaine, qui prend la tête du TOP 50. N’ayant pas les droits sur le générique original, TF1 en fit faire un pour la version française. C’est Jean Renard (tiens revoilà JR !), auteur-compositeur pour Sylvie Vartan ou Jeane Manson qui s’y colle ! On créera un groupe sobrement appelé « Dallas » pour la promotion. Composé de musiciens de talent, requin de studio de l’époque, c’est Marc Demelemester, le guitariste de Johnny Hallyday qui est au chant !

Que l’on ait regardé ou pas, rare sont les personnes de cette génération qui peut dire qu’il n’a jamais entendu : « Dallas, ton univers impitoyable… » !

 

 

vendredi, 7 mai 2021

Good electricity ! two hundred and twenty volts...

Lors de ce même séjour professionnel au Maroc, au Mamounia, nous devions installer un certain nombre de matériels audiovisuel pour une convention. De mon côté, j’étais chargé, entre autres, d’implanter un puissant vidéoprojecteur.

La particularité de ces engins, surtout à l’époque, était d’avoir de grosse lampe qui consommait pas mal, en l’occurrence celui-là tirait 14 ampères lors de son allumage (après cela se calmait), soit environ 3000 watts.

Après mon installation, je fis donc appeler l’électricien du lieu pour effectuer le branchement final.

Réseau élèctrique à Beyrouth

 

Je vis arriver un bonhomme tout maigre dans un vieux bleu de travail. Il souriait des dents qui lui restaient. Il ne parlait pas français, et pas beaucoup plus l’anglais, mais nous parvenions à nous comprendre.

Je lui tendis mon épanoui (câble dénudé d’un côté avec une prise de l’autre) afin qu’il le connecte sur le tableau de l’hôtel. Il coupa consciencieusement le disjoncteur, sorti ses outils de la poche, relia mon câble sur son bornier, vérifia que tout était bien serré, réenclencha le contacteur et…

 

…mouilla deux doigts qu’il posa sur les bouts à nu de ce qu’il avait installé !

Il fit un bond en arrière en secouant la main (le fusible ne sauta pas !) sur la châtaigne qu’il venait de prendre et me gratifia d’un sourire en me montrant son pouce levé me signifiant que tout était « OK » : « Good electricity ! two hundred and twenty volts ! » et il partit après m’avoir serré la main !

Avec le pote, je crois qu’on est resté figé là un moment avant d’éclater de rire…

- page 2 de 565 -