mercredi, 5 mai 2021

Dans quel état j'ère...

186/366. Aujourd’hui, je pourrais tout aussi bien…

 

Arrêter mon blogue maintenant, tellement il me paraît terne en cet instant, sans grand intérêt…

 

J’aurais plein de choses à écrire comme à l’époque où j’avais plus de temps, les idées sont là, mais je procrastine, ce n’est jamais le bon moment, la bonne ambiance, je n’arrive pas à m’y mettre…

 

Depuis le début de ce Covid, je n’ai presque plus fait de photo, je veux dire de la vraie, de la belle, de la recherchée ; comme beaucoup je me complais de vite fait avec le smartphone. Il faut dire que sortie du trajet maison boulot, il n’y a pas eu beaucoup de sujets…

 

Et puis l’inspiration pour composer, j’ai l’impression que je n’y arrive plus comme avant. Le fait d’aller consulter d’anciennes notules me jette à la figure la morne fatuité de celles d’aujourd’hui…

Tiens un vieux billet que j’ai aimé relire…

 

Que j’ai adoré le temps de « L’auberge des Blogueurs », ce plaisir d’écrire retrouvé, celui de l’urgence pour répondre, les pages blanches, la recherche des bons mots… J’ai profité de ce temps de repos imposé pour aller relire mes billets et ceux de June ; le bonheur de ce ping-pong improvisé, de mon écriture que j’aime, celle de June aussi ; et puis ceux de Natou, de Côme, d’Henry et des autres

 

Aujourd’hui je pourrais tout aussi bien me dire que ce lieu que je hante depuis 2006 a atteint ces limites…

 

Et sinon, il paraît que l’état dépressif peut faire partie des symptômes du Covid ?

J’ai juste envie de bouger, de voir le monde, du monde, de faire des photos, de rigoler avec des amis, de péter la forme, de retrouver ma plume, mon style, voir la mer, la montagne…

 

Vivre quoi…

 

Il y a neuf ans, devoir citoyen…

366 réel à prise rapide.pdf 

 

 

mardi, 4 mai 2021

Cafard à homme...

185/366. Aujourd’hui, aujourd’hui insecte…

Le cafard peut être, dominante grisâtre de cette journée.

Si la fièvre à l’air de s’être fait la malle, la fatigue est bien plombant. Le ciel est gris, pluvieux sans discontinuer…

Presque 15 jours sans avoir quitté la maison, juste le jardin pour prendre l’air…

Et j’en ai encore jusqu’au 9 mai, arrêt de travail oblige…

Ça pèse un peu quand même…

Bref, journée cafard qu’un peu de soleil dès demain devrait effacer !

 

Il y a neuf ans, bête à bon Dieu…

 366 réel à prise rapide.pdf

 

 

lundi, 3 mai 2021

Cherchez l'intruse...

184/366. Aujourd’hui, aujourd’hui ce qu’il y a dedans…

Des bibelots et…

Il y a neuf ans, propagande…

366 réel à prise rapide.pdf 

 

 

dimanche, 2 mai 2021

Roses sucrées...

183/366. Aujourd’hui, aujourd’hui sucré…

 

Elles ne sont pas pressées nos roses, alors pour le pollen sucré, les abeilles vont devoir encore attendre un petit peu ;-)

 

Il y a neuf ans, overdose de douceur…

366 réel à prise rapide.pdf 

 

 

La France triomphante...

18 du 52 de Virginie, saison 3

 

Mouarf (mon thème !) :

Comment vous dire qu’en arrivant dans ce petit village de montagne dans les hauteurs de Nice, nous avons bien rigolé à la vue de cette statue.

Je ne comprends pas trop l’allégorie ? La France qui triomphe se met à poil ? Deviens folle ?

 

samedi, 1 mai 2021

Muguets espoirs...

182/366. Aujourd’hui, aujourd’hui comment je pense à demain…

 

Un jour sans fièvre ? Hum on peut rêver un peu !

Il y a neuf ans, mauvais prévisionnistes…

366 réel à prise rapide.pdf 

 

 

Le samedi c'est hit-parade...

N°1 au hit-parade le 17 avril 1981

 

Ce morceau qui se hisse en haut de ce hit-parade est un peu un OVNI musical. Ce sera le seul vrai tube de Jona Lewis, auteur, compositeur et interprète qui sévit déjà dans le monde la musique depuis les années 60.

 

L’histoire de « Stop the Cavalry » est assez compliquée, alors je préfère vous renvoyer ver la page Wikipédia fort intéressante sur le sujet.

 

Quoi qu’il en soit, c’est un de ces morceaux de mon adolescence que j’ai beaucoup écoutée et qui me reste encore en mémoire aujourd’hui.

(Oui ce billet est succint, mais je suis encore malade…)

 

 

- page 1 de 562