mardi, 23 juillet 2019

La vie est belle...

pho1900271.jpg

 

dimanche, 21 juillet 2019

Frais devant...

Le 29/52 de Virginie…

 

Cette semaine, c’est la fraîcheur de l’eau qui est à l’honneur, et en ces périodes de canicule à répétition, cela tombe plutôt bien !

pho1900270.jpg

De l’eau, des bulles, des glaçons et une rondelle de citron, le tout en terrasse sous un beau ciel bleu, tel est ma recette !

samedi, 20 juillet 2019

Le samedi c'est Hit-Parade...

N°1 au hit-parade le 21 août 1971

 

C’est à 20 ans que Gilbert Montagné se fait connaître du grand public en faisant un carton planétaire avec « The Fool ».

 

Aveugle presque de naissance il se plonge très tôt dans la musique grâce à un institut spécialisé de Saint-Mandé. À 16 ans il enregistre son premier 45 Tours qui fera un bide ! Il décide alors de rejoindre sa sœur, professeur de français à Miami et s’inscrit à l’université pour des études musicales classiques tout en continuant à se produire dans des clubs de jazz.

 

C’est en 1971 qu’à la demande d’Adamo, il revient en Europe. En mai il enregistre « The fool » à Londres avec les choristes de Joe Cocker et d’Elvis Presley. La chanson se classera première dans 12 pays !

Ce sera la consécration et le début d’une longue carrière.

 

jeudi, 18 juillet 2019

Suis pas raciste mais...

Cela fait longtemps que je ne vous parle plus des livres que je lis !

 

Un peu de paresse, et puis comme le plug-in qui servait à lister mes lectures du moment dans les menus de ce blog ne marche plus du côté administrateur, je ne pense plus à faire des petits comptes rendus quand je change de livre ;-)

 

Un des derniers que j’ai lu est « Qui n’est pas raciste ici ? » de Akli Tadjer.

 

Il s’agit d’un  opuscule d’une centaine de pages, où le romancier nous raconte sa rencontre avec les élèves d’une classe qui avait refusé de lire un de ces livres, « le porteur de cartable » pour des motifs racistes ; qu’avec son nom l’auteur ne devait pas être français, qu’il y avait des mots arabes dans le texte, que l’histoire elle-même ne se passait pas en France, quant aux héros…

 

À la demande de la professeur, il a donc accepté d’aller dialoguer avec ces lycéens, dans l’espoir de comprendre ce qui poussait ces jeunes à être racistes…

 

Un livre bien intéressant sur l’état de notre société, même s’il n’apporte pas une réponse claire et nette sur son questionnement ; les choses sont souvent plus complexes que ce que l’on pense.

 

pho1900269.jpg

 

4e de couverture :

 

« Qui n’est pas raciste, ici ?

 

C’est la première question qui m’est venue lorsque j’ai rencontré les élèves d’un lycée de province qui avaient refusé de lire Le Porteur de cartable, dont le héros s’appelle Messaoud.

 

Qu’est-ce qui a poussé ces jeunes de la France silencieuse à se montrer soudain si hostiles, si haineux, si racistes au fond ?

 

Ce livre est ma réponse, car mon combat contre ce mal ne connaît pas de répit. Nous avons tous en nous la capacité de haïr les autres, mais nous avons aussi celle d’aller vers eux.

 

Moi, j’ai choisi mon chemin.

 

Outre “Le Porteur de cartable”, Akli Tadjer est également l’auteur d’Alphonse, d’”Il était une fois… Peut-être pas” et, plus récemment, de “La vérité attendra l’aurore”.

 

 

Citation :

 

« « Mais quoi ? On est raciste ou on ne l’est pas. » Il cherche en vain ses mots pour se justifier, puis renonce. Il veut juste une dédicace sur son livre pour avoir un souvenir de notre rencontre, qu’il n’est pas près d’oublier. J’écris : nous avons tous en nous la capacité de haïr l’Autre, mais nous avons aussi la capacité de nous ouvrir aux Autres. À toi de choisir ton chemin, jeune homme. »

 

 

« Le foot à présent. Ils sont fiers d’être champions du monde. Je ne voulais pas aborder le racisme par le biais du sport. Cela aurait été trop simple et surtout trop démago, de faire l’éloge de ces stars arabes, noires, métisses pour dire : « Voyez, tous ces mecs pas franchement français de souche, heureusement qu’ils étaient là pour nous la décrocher cette coupe. »Puisqu’ils m’ont entraîné sur ce terrain, je leur fais remarquer leurs contradictions : ils admirent l’équipe de France et qu’importe sa couleur pourvu qu’elle flatte leur ego, alors que certains d’entre eux ont refusé de me lire parce que mon nom et mon histoire leur étaient insupportables.« On ne vous connaissait pas, Monsieur, sinon… », lance une voix anonyme dans mon dos.« Tandis que M’Bappé, Pogba, N’Golo Kanté, Fékir ce sont vos potes. »Éclat de rire général. »

mercredi, 17 juillet 2019

Prévacances...

4 jours de prévacances à l’Île de Ré en famille, histoire de décompresser un peu, soleil, plage, fruit de mer, glace de la Martiniére ; de quoi recharger les batteries pour les trois dernières semaines avant les vraies vacances !

pho1900264.jpg

 

pho1900265.jpg

 

pho1900266.jpg

 

pho1900267.jpg

 

pho1900268.jpg

 

lundi, 15 juillet 2019

Abandonné...

Il est midi et l’on est le 15, c’est donc l’heure de la photo du mois. C’est FerdyPain d’épice qui nous demande une image  de  « Bâtisse abandonnée ».

 

Je ne sais pas si mon choix peut être considéré comme une bâtisse, mais abandonné, j’en suis à peu près certain !

 

C’est sur un chemin crétois que je suis tombé dessus, un mouvement de terrain ayant sûrement fait disparaître l’escalier, à moins que ce soit le creusement de la route sur laquelle nous nous trouvions…

 

pho1900262.jpg

 

Pour voir la photo de mes petits camarades de jeu :

Akaieric, Alexinparis, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Cara, Christophe, Cynthia, Céline in Paris, Danièle.B, DelphineF, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, Giselle 43, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Josiane, Krn, La Tribu de Chacha, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Mamysoren, Marie-Paule, Mirovinben, Morgane Byloos Photography, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente

 

dimanche, 14 juillet 2019

À la votre...

28/52 de Virginie…

 

Le thème de la semaine est rituel…

 

Vaste question que j’ai dû me poser, ai-je des rituels ? Oui, sûrement, mais on va dire que ce n’est pas manifeste.

 

Il y en a quand même un qui ne sera bientôt plus d’une actualité flagrante puisque j’ai décidé d’y mettre fin. Mon plaisir, le soir, quand je rentre du boulot, est de me poser un peu en dégustant une petite bière. Une manière de faire la coupure.

pho1900263.jpg

Alors je ne vais pas arrêter la cervoise, c’est un breuvage que j’apprécie toujours autant, mais pour la santé je vais stopper le côté systématique, et le remplacer par une boisson genre citronnée au Pulco par exemple (Vi j’adore aussi !) ; moins d’alcool sucré ne nuira pas trop à mon petit bidon de cinquantenaires ;-)

- page 3 de 489 -