Comme on veut...

Je voulais écrire un truc mignon sur la liberté, et puis…

Voilà un vrac de tout et peut être n’importe quoi, mais comme je suis libre…
Vaste sujet qui lui vaut d’en être souvent le principal du Bac philo !
Je me rappelle cette phrase inscrite sur mes classeurs de collégiens d’un auteur inconnu :
«Il voulait être libre, mais avait peur d’être seul !»

Il y a quelques semaines, cette causerie avec un de ces ectoplasmes qui essayaient de m’expliquer sans rire, que nous vivions actuellement sous une dictature socialiste…
Je lui répondis juste que si c’était le cas, il n’aurait simplement pas la liberté de proférer de telle bêtise  (là, j’ai utilisé un autre terme!) sans risquer de croupir dans quelques cachots sortis de l’imagination de ces rouges sanguinaire qui nous gouverne…

Je repensais tristement aux dictatures que j’avais visitées, notamment la Libye du temps de Kadafi, où toutes les discussions étaient possibles tant que l’on ne parlait pas de politique, ni de l’état ni du guide suprême…
Ce qui très vite limite les sujets qui ne fâchent pas et ne risquent pas d’envoyer en taule l’impétrant qui oserait ne pas penser comme on doit ; et là-bas les murs ont des oreilles…

Et puis j’ai un concept très personnel de la liberté…
J’ai toujours été étonné du symbole du cadenas que les amoureux accrochent sur les ponts tels des prisonniers de leurs sentiments…

Paradoxalement je ne me suis rarement senti aussi libre que quand j’étais amoureux ! Libre d’être heureux, d’aimer et d’être aimé, d’envisager une autre vie, une autre histoire ; célibataire, je me sens prisonnier de cette solitude qui des soirs me pèse…

Mais finalement, chacun est libre de choisir la liberté qui lui sied…

 

_ _
Le mot du jour :
La liste des 366 Alphabétiques
Les participants du 366 Alphabétiques

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Haut de page