La petite fille de la Ve...

Aux premiers abords, on pourrait se dire que je n’avais pas beaucoup de raison de lire ce bouquin, la dame n’étant pas franchement de mon bord, ces idées souvent éloignées des miennes.

Mais voilà, je ne suis pas sectaire, et puis je dois l’avouer, elle m’intrigue, élue puis ministre et grande gueule, munis d’un certain humour et d’autodérisation.

Très critiqué aussi, mais c’est le lot de tout homme femme politique.

Et puis justement, elle a pris sa retraite de ce monde de joute et de pouvoir ;donc ce n’est pas un livre programme électoral.

Je l’ai vu à l’émission de Ruquier, et j’ai eu envie de la lire.

Et puis vous le savez déjà, j’aime bien les autobiographies.

À une époque où les politiques de toute couleur sont décriés, il est intéressant d’observer comment la jeune fille d’un élu important, collaborateur du Général, grandit dans ce marigot de la politique.

Ses convictions, ses combats aussi, notamment contre le machisme récurrent dès que l’on approche les hautes sphères décisionnelles.

Ses coups de gueule, n’épargnent ni ses opposants ni ceux de son bord.

Et puis elle parle également du pouvoir, de son ivresse, des coups bas, de la popularité versus l’impopularité, de ses réussites et de ses erreurs, de ses fiertés et de ses regrets.

Au final, cette « Petite fille de la Ve » de Roselyne Bachelot m’a étrangement passionné, comme quoi des fois on peut être surpris !

pho1500250.jpg
 

4e de Couverture :

 

«Roselyne Bachelot La petite fille de la Ve « Quand j’ai mis un terme à ma carrière politique en mai 2012, je me suis retournée sur soixante-cinq ans d’une existence peu ordinaire. Je quittais alors des fonctions au service de la France et de la République, mais cette histoire - mon histoire - avait commencé bien plus tôt. Une naissance au lendemain de la Libération au sein d’une famille de résistants et de militants, des héros de légende qui débattent autour de la table de la salle à manger, puis, comme dans un film d’aventures, des complots, des assassinats, des braquages, des trahisons… j’ai tout vécu. Il y eut aussi, heureusement, de grands moments de bonheur et d’amitié, des rires, des victoires, des joies rares. Ce livre est en fait le récit d’une petite fille qui n’en revient toujours pas d’avoir eu la chance d’être le témoin et l’acteur de l’Histoire du plus beau pays du monde. » Roselyne Bachelot a été, entre autres, députée du Maine-et-Loire, ministre de l’Écologie de Jacques Chirac, de la Santé, des Sports puis des Solidarités de Nicolas Sarkozy. Dans cet ouvrage passionnant, riche en anecdotes et vérités, elle porte un regard inédit sur la Ve République. Celle qui a reçu un baiser du général de Gaulle à neuf mois raconte l’installation de François Mitterrand dans la Nièvre, les menaces de l’OAS sur les siens, la déroute des responsables de la droite en 1968, les trahisons qui amenèrent la défaite de Jacques Chaban-Delmas puis, en retour, celle de Valéry Giscard d’Estaing en 1981… Et encore le vrai Jacques Chirac, le machisme en politique, les luttes internes de l’UMP, les erreurs de la gauche, le quinquennat de Nicolas Sarkozy… Un ouvrage de souvenirs sincère, direct, enlevé, écrit avec une liberté réjouissante.»

 

Citation :

 

«Le temps long n’est pas celui de la politique spectacle qui marche à l’émotion et délaisse la raison.»

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Haut de page